YVES DUVAL
TECHNIQUE

Photo de paysage : pourquoi choisir le format panoramique ?

le mont saint-michel

Cette page n'est pas un cours sur la photographie panoramique.

De nombreux photographes ont déjà traité ce sujet avec plus de pertinence que je ne pourrais le faire. Le site d'Arnaud Frich, par exemple, est une mine d'informations.

Mon souhait est plutôt de présenter mon expérience en tant que photographe amateur :

  • Quelle démarche m'a amené à choisir le format panoramique ?
  • Quelles difficultés, spécifiques du format panoramique, ai-je rencontrées ?
  • Quels moyens mettre en œuvre pour réussir de bonnes prises de vues ?
  • Comment réaliser l'assemblage final du panoramique ?

Si ces quelques réflexions peuvent vous être utiles pour bien démarrer votre expérience du format panoramique, alors j'aurais atteint mon objectif.

Mais revenons au sujet de départ.

Amateur de grands espaces et de randonnées en pleine nature, j'étais souvent déçu lorsque, de retour à la maison, je projetais mes photos. Je ne retrouvais pas dans le format 24 x 36 la majesté des paysages qui m'avait impressionné sur place. Le rapport largeur / hauteur me paraissait trop étriqué. J'avais l'impression de me cogner contre le cadre.

C'est à cette époque que le numérique a fait irruption dans le monde de la photographie.
Il est devenu possible de jouer avec ses photos, de les manipuler... et de les assembler. Deux ou trois clichés mis bout à bout et voila un premier panoramique ! L'exercice était toutefois long et fastidieux car, au tout début, je tentais d'assembler manuellement les photos dans Photoshop.

Rapidement, des logiciels se sont chargés de cette besogne. Leurs performances ont progressé de façon spectaculaire et la qualité des panoramiques en profitait grandement. En moins d'une décennie, la révolution numérique a fait voler en éclat les contraintes techniques qui pesaient sur ce format ! Comment résister dans ces conditions à l'appel du large...

J’en profite au passage pour régler une interrogation fort courante : qu’est-ce qu’une photographie panoramique ?

Cette question alimente de nombreux débats et plusieurs écoles s’opposent en la matière.

Parmi les questions abordées, on peut citer :

  • A partir de quel rapport hauteur / largeur peut on parler de panoramique ?
  • Faut-il un angle de champs minimal, c’est à dire la « largeur » du paysage couvert par la photo, pour parler de panoramique ?

Les réponses à ces questions intéressantes, sont devenues plus confuses avec l’accélération des évolutions techniques et, surtout, logicielles (panoramique sur 360°, prise de vue sphérique sous forme de visite virtuelle...)
Dans tous ces cas, la technique utilisée est la même, mais les résultats diffèrent sensiblement.

Je ne me risquerais pas à prendre position sur ce sujet. Cependant, je pense que le photographe novice qui se lance dans cette aventure doit bien en prendre la mesure, pour ne pas se perdre en chemin.
La liberté que procure le numérique ne doit pas être le prétexte pour simplement juxtaposer des photos, sans effort de composition.

Pour ma part, mon choix s'est fixé, presque naturellement, sur la panoramique au format 3 x 1, c'est à dire que la longueur de l’image représente trois fois sa hauteur. Je trouve ce rapport harmonieux et équilibré. Il me procure suffisamment d'espace pour je me sente à l'aise dans la composition, et conserve un aspect photographique auquel je suis très attaché ... mais ceci est bien évidemment purement personnel

- © Yves Duval 2015 - Plan du site - Mentions légales -