YVES DUVAL
TECHNIQUE

Comment réaliser une photo panoramique par assemblage ?

Pays de Galles

1 - Préparer son sac photo

Comme je l'ai dit précédemment, l'intérêt numéro 1 de la méthode par assemblage est de pouvoir utiliser n'importe quel appareil photo et objectif. Numérique ou argentique, compact ou reflex, grand angle ou téléobjectif, il n'y a aucune limite.

A ce matériel de base, le photographe soucieux d'améliorer la qualité de son travail ajoutera quelques accessoires :

  • Un trépied, pour assurer la stabilité de l'appareil lors des prises de vue,
  • Une rotule panoramique, pour que la rotation de l'appareil photo ne crée pas de distorsion dans les zones de recouvrement.

Un logiciel, enfin, est nécessaire pour assembler le panoramique.
De nombreux produits existent sur le marché pour lesquels vous trouverez commentaires et comparatifs sur internet.
J'ai personnellement choisi l'application Autopano, de l'éditeur français Kolor, pour la simplicité de l'interface et la puissance de ses traitements de fusion.

2 - Sur le terrain

L'objectif est de capter une "matière première" de la meilleure qualité possible pour faciliter et optimiser l'assemblage qui sera réalisé bien au chaud chez vous.

Le conseil le plus répandu en la matière est de prendre une série de photos qui se recouvrent sur 20 à 30 % de leur surface. Si cette remarque est parfaitement justifiée, elle me semble un peu maigre pour résumer le cheminement qui conduit à une prise de vue réussie.

Plutôt que de mitrailler tout autour de soi, il peut s'avérer utile de prendre le temps de se poser quelques questions.

  • Quel sera le format du panoramique ?
  • J'entends par format, le rapport entre hauteur et largeur de l'image finale.

    Plusieurs options :

    - Soit il n'a aucune importance et peut s'adapter librement au sujet. Dans ce cas, passez à la question suivante.

    - Soit il doit répondre à une contrainte spécifique (dans mon cas, par exemple, je m'attache à conserver un rapport constant où la longueur est le triple de la hauteur). Vous devez alors conserver cette préoccupation en tête et veiller à ce que les choix suivants soient compatibles.

    Prenons un exemple. Si vous voulez un panoramique avec un rapport de 3 sur 1, mais que vous prenez une photo de moins que ce qui est nécessaire, vous serez contraint de retailler le panoramique final en supprimant une partie du ciel ou du premier plan. La composition imaginée sur place s'en trouvera modifiée et votre intention initiale trahie.

  • Quel est le sujet de la photo ?
  • C'est une évidence, mais cela mérite une minute de réflexion.
    Le panoramique par assemblage est une construction mentale que le photographe réalise lors de la prise de vue. Impossible, en effet, de faire entrer l'image finale dans le viseur de l'appareil, qu'il soit reflex ou compact.

    Quels éléments du paysage souhaitez-vous inclure dans la photo ?
    Lorsque vous avez la réponse, vous pouvez fixer les bornes droite et gauche, haute et basse de votre panoramique, en tenant compte, le cas échéant, des contraintes de format décrites précédemment. Il vous reste à placer les éléments forts du paysage dans cet espace.

    L'exercice demande un bon sens de l'observation et un peu d'habitude. Il faut par exemple bien anticiper l'horizontalité du cadrage pour éviter un premier plan ou un ciel envahissant.

    Le cheminement intellectuel que je viens de décrire explique que la prise de vue ne soit pas instinctive. Difficile d'arriver au dernier moment, de jeter son trépied et de déclencher. Au contraire, un bon repérage et quelques tests préalables sont les bienvenus.
    En quelque sorte une apologie de la lenteur et de la réflexion.

  • Quel objectif utiliser ?
  • Contrairement à ce que l'on peut lire à droite ou à gauche, la photo panoramique n'est pas synonyme de prise de vue au grand angle. Bien au contraire.
    Pour répondre à cette troisième question, il faut avoir une petite idée de la destination finale du panoramique.

    - Si le but est de réaliser un tirage trés grand format, il peut être intéressant de multiplier le nombre d'images (Par exemple 14 photos sur 2 rangées au lieu de 7 photos sur une rangée). La focale à privilégier est alors un 100 mm ou même un 200 mm.

    - Dans les cas plus courants où une seule rangée de photos est suffisante, le choix de la focale est commandé par son angle de champ. L'image dans le viseur de l'appareil, installé en position verticale, doit inclure les bornes hautes et basses dont nous avons parlé au point précédent, plus une petite marge pour gérer les inévitables déperditions lors de l'assemblage.
    Il faut alors retenir un 50 mm, un 28 mm, ou même plus large encore.

  • Combien de photos ?
  • Aprés avoir défini les proportions du panoramique, le sujet à couvrir et la focale, il reste maintenant un dernier élément à déterminer : le nombre de clichés.

    Plutôt que de vous fier à votre intuition, je ne saurais trop vous conseiller de préparer au préalable un aide mémoire à conserver précieusement sur vous au moment de la prise de vue.
    Lorsque j'ai commencé à réaliser des panoramiques, ce point ne me paraissait pas crucial. Je prenais 7 ou 8 photos et tout allait bien.
    Avec un peu de recul... et quelques déconvenues, je préfère aujourd'hui ne plus laisser la place au hasard.

    L'incertitude sur le nombre de photos nécessaires pour assembler le panoramique que vous avez dans la tête présente deux inconvénients.

    - Soit vous accumulez plus de clichés que nécessaire, et vous remplissez votre carte mémoire inutilement. C'est anodin pour une aprés-midi photo, ça l'est moins lorsque vous partez quelques jours et que vous savez que vous ne viderez pas la carte tous les soirs.

    - Soit vous visez trop court... et vous pesterez devant votre ordinateur.

    Pour me faciliter la tâche, J'ai inscrit sur une fiche en carton le nombre de photos nécessaires pour obtenir un panoramique au rapport 3 x1, en fonction de l'objectif utilisé, de sa focale et du type de projection lors de l'assemblage. Si vous avez investi dans une tête panoramique, vous pouvez y ajouter l'angle de rotation propre à chaque cas.
    Ce simple aide-mémoire, dont un extrait est repris ci-dessous, m'est aujourd'hui absolument indispensable, tant il simplifie et sécurise mes prises de vue.

    Récapitulatif des prises de vue

Maintenant que vous avez clairement défini le format et le sujet du panoramique, la composition de l'image et le moyen d'y parvenir, il reste encore à réaliser la prise de vue.

Cette étape est déterminante si l'on veut obtenir un travail de qualité. Chaque image qui compose le panoramique finale doit être parfaite individuellement tout en respectant l'harmonie de l'ensemble Même si les logiciels font aujourd'hui des miracles pour assurer une fusion des photos quasi-parfaite, ils ne peuvent corriger certains défauts.

Pour vous guider dans cet exercice, voici une liste de points de vigilance à conserver en tête.

  • La rotation de l'appareil
  • Lors des premières tentatives de réalisation d'un panoramique, la tentation est grande de s'ancrer solidement sur ses deux jambes, puis de mitrailler tout autour de soi.
    Or, cette méthode est à l'exact opposé de ce qu'il faut faire. C'est l'appareil photo qui doit pivoter autour d'un axe fixe et non le photographe !

    Sans rentrer dans des détails trop techniques, le décalage de l'axe de rotation par rapport à l'objectif de l'appareil photo engendre de petites variations de perspective, d'une photo à l'autre. Si une légère variation est tolérable lorsque le premier plan du panoramique est éloigné ou d'un faible intérêt, le défaut devient visible dans les autres cas. Pour réaliser l'assemblage des photos, le logiciel sera contraint de superposer des images différentes et donc d'utiliser des subterfuges (zones floues, répétition de motifs...) pour masquer ces écarts.

    Un autre écueil classique est le non respect de l'horizontalité des photos qui composent le panoramique. Un petit décalage vers le haut ou le bas d'une photo et c'est tout le panoramique qui est modifié. Un abaissement minime d'une photo à l'autre, sur toute la série, parce que l'on a suivi par mégarde le dénivelé du terrain, et c'est le panoramique pique du nez.
    Dans le meilleur des cas, un recadrage permet de sauver la situation. Mais si le défaut est trop marqué, votre travail est irrémédiablement perdu.

    Pour toutes ces raisons, l'utilisation d'un trépied et d'une rotule panoramique s'impose rapidement. Ces deux accessoires vous économiseront des heures de retouche devant votre ordinateur.

  • La mesure de l'exposition et la balance des blancs
  • Pour réaliser les photos qui composent un panoramique, deux attitudes sont possibles en matière d'exposition et de balance des blancs.

    - Soit sélectionner le mode "Automatique" de l'appareil. Chaque cliché recevra alors un réglage spécifique et, à priori, optimal. En revanche, d'une photo à l'autre, ils peuvent être parfois très éloignés. C'est le cas notamment, si le soleil, ou une autre source de lumière puissante, entre dans le champ. L'automatisme de l'appareil sous-exposera brusquement pour maintenir une exposition standard. Le post-traitement des photos individuelles, ou bien la puissance du logiciel d'assemblage permettent souvent de rétablir un panoramique homogène, mais ce n'est pas toujours le cas.

    - Soit enclencher le mode "Manuel" pour conserver la main sur les réglages. L'idée est alors de définir une exposition moyenne qui conviendra à toutes les photos du panoramiques.
    L'éfficacité de cette technique est renforcée si vous sélectionnez le format de fichier RAW sur votre appareil. Les marges de manoeuvre en post-traitement sont alors étendues et vous garantissent un excellent résultat.

  • La mise au point
  • Dernier réglage essentiel. Il est hautement préférable de deconnecter l'autofocus de l'appareil et de réaliser la mise au point manuellement sur le sujet principal du panoramique. Figer ce réglage pour l'ensemble de la séquence.
    Sauf effet de style recherché, un changement de mise au point entre deux photos ne pourra être rattrapé par le logiciel d'assemblage.

- © Yves Duval 2015 - Plan du site - Mentions légales -